LA JOURNÉE D’ÉTUDES DU 25 FÉVRIER 2017

jeudi 4 mai 2017 

JPEG - 30.1 ko
Roger Martelli et Jean-Louis Robert

Ce fut un samedi studieux pour la quarantaine d’amies et amis, réunis à la mairie du Xe arrondissement pour notre journée d’études. La séance du matin était consacrée à une réflexion sur l’actualité de la Commune. Jean-Louis Robert nous a d’abord délivré une longue mise au point, très documentée sur l’historiographie la plus récente de la Commune. Il est parti de trois ouvrages qui ont marqué les travaux : celui de Robert Tombs [1] qui, traduit en français en 2014, quinze ans après sa parution, est devenu l’ouvrage de référence, au-delà des débats qu’il a pu susciter ; celui de Kristin Ross, sur L’imaginaire de la Commune [2] ; enfin la synthèse de Quentin Deluermoz [3], Le crépuscule des révolutions, qui fait le point sur les recherches les plus récentes et pointe la complexité de la Commune.

À partir de là, il évoque les pistes nouvelles ouvertes ces derniers temps : inscription dans une histoire transnationale ; inscription dans le temps long des révolutions (la Commune fin d’un monde ou prologue à la modernité ?) ; les relectures de la Révolution française et des projets républicains et socialistes du XIXe siècle ; la question de la culture (le « luxe communal »). Il note l’effacement du social, la quasi-absence du travail. Il pointe enfin le fait que la majorité des travaux récents sont dus à des anglophones.

Intervenant ensuite, Roger Martelli veut susciter une réflexion sur la modernité de la Commune. Partant de la résolution votée par l’Assemblée nationale le 29 novembre 2016, et notamment du vœu « que soient mieux connues et diffusées les valeurs républicaines portées par les acteurs de la Commune de Paris de 1871  », il souligne que notre association – si elle n’en a pas le monopole – a néanmoins une responsabilité particulière dans ce travail et qu’elle doit s’en donner les moyens. La modernité de la Commune ne veut pas dire que les solutions qu’elle esquissa en 1871 sont reproductibles aujourd’hui à l’identique. La Commune a ouvert des pistes, elle a porté un état d’esprit, qui doit nous inspirer aujourd’hui pour penser des solutions qui traduiraient, dans notre société contemporaine, les valeurs révolutionnaires de justice sociale et de démocratie intégrale qu’elle a portées.

Après un casse-croûte arrosé d’un communard, les travaux reprennent l’après-midi. Les débats sont consacrés au fonctionnement de Roger Martelli et Jean-Louis Robert l’association. Plusieurs animateurs de commissions (patrimoine, culture, bulletin) regrettent le petit nombre de participants réguliers à leurs travaux. Nous nous interrogeons aussi sur l’intégration des nouveaux adhérents. Nous procédons encore à un échange sur la communication, notamment sur le site et sur les nouveaux outils (réseaux sociaux) que nous pourrions développer.

Bref, une journée enrichissante, constructive, et dont tout le monde s’accorde à dire qu’elle doit être renouvelée régulièrement.

MICHEL PUZELAT


[1Robert Tombs, Paris bivouac des révolutions. La Commune de 1871, Paris, Libertalia, 2014 ; première édition : The Paris Commune 1871, Londres-New York, Longman, 1999.

[2Kristin Ross, L’imaginaire de la Commune, La Fabrique éditions, 2015.

[3Quentin Deluermoz, Le crépuscule des révolutions, 1848-1871, Histoire de la France contemporaine, vol. 3, Paris, Le Seuil, 2012.

LE BANQUET 2017 : UN GRAND MOMENT

jeudi 4 mai 2017 

Le banquet de notre association s’est déroulé le samedi 25 mars. Depuis plusieurs semaines, il revenait dans pratiquement toutes les conversations (date, réservation, menu, sets de table, tombola, animation). La veille, avec le transport à Montreuil à la maison CGT, nous avions eu un avant-goût des tâches qui nous attendaient le lendemain.

Ainsi, dès le début de la matinée, de très nombreux Amies et Amis s’activaient pour la mise en place des tables, ainsi que pour la préparation des « communards  ». Après la présentation de la bande dessinée Des graines sous la neige par les auteurs, Roland Michon et Laëtitia Rouxel, et le discours de Jean-Louis Guglielmi consacré à notre thème de l’année, «  la démocratie, pouvoir du peuple, peuple au pouvoir », il était temps de passer au repas.

Celui-ci fut entrecoupé par notre animation consacrée aux luttes des femmes pendant la Commune et aujourd’hui (merci à Annette, Marie-Claude, Alice, Muriel et à nos chanteuses et chanteurs Françoise, Malène et Jacques).

Avant le café, il était temps de passer au tirage de la tombola, avec des lots tous plus beaux les uns que les autres (merci à notre amie Claudine Boni pour la collecte, et à Alec pour son précieux coup de main).

Une flûte de champagne et un petit tour à la table préparée par nos amis de la commission littérature, et il était déjà l’heure de se séparer après avoir fourni un dernier petit effort : replier, ranger et rapporter le matériel au local.

Merci à toutes celles et tous ceux qui nous ont aidés à ces différentes tâches. Ils ont contribué au succès de l’édition 2017 de notre banquet. À l’année prochaine !

JR

CHEZ LES AMIES ET AMIS BERRICHONS

jeudi 4 mai 2017 

Pour finir l’année 2016, les Amis Berrichons ont participé aux cérémonies du 101e anniversaire de la mort d’Édouard Vaillant, au cimetière de Vierzon-Ville, où se trouve le caveau familial. Nous en avons profité pour faire connaître dans notre région la décision historique de l’Assemblée nationale, qui a enfin rendu justice aux victimes des féroces répressions dont fut frappée la Commune. Nous avons fustigé, avec un humour grinçant, la censure d’un journaliste du Berry Républicain, quotidien local, ce journaliste ayant choisi d’ignorer la publication du colloque de l’Hôtel de Ville de Paris consacré à Édouard Vaillant [1].

Le nouveau volume de la biographie de Jean-Marie Favière, Je te parle au sujet d’Édouard Vaillant (tome II : Le grand socialiste) a été « Le livre du jour  » de la radio France Bleu Berry, le 18 janvier 2017. Les interviews concernant ces deux volumes sont toujours disponibles [2]. Nous étions également présents au stand de la Commune au Salon du livre d’Histoire de Bourges dans la prestigieuse salle du duc Jean de Berry, le week-end du 4 au 5 février 2017. Participant lui aussi à ce salon, le fils du général Zeller a promis d’offrir à notre comité local, les documents qui ont servi à l’écriture de l’ouvrage de son père [3].

Le numéro d’octobre 2016 de la revue de la MGEN du Cher avait publié un article consacré à Édouard Vaillant : c’est dans cette continuité que, dans les locaux de cette même MGEN à Bourges, Jean-Marie Favière a prononcé le 9 mars 2017 une conférence sur le grand communard et socialiste vierzonnais.

JPEG - 12.1 ko
Michel Pinglaut, au stand de la Commune et d’Edouard Vaillant au Salon du livre d’Histoire de Bourges.

Nous avons tenu un conseil d’administration le 15 mars, suivi d’un repas amical, pour préciser nos actions de l’année 2017. A cette occasion nous avons procédé à la distribution de DVD concernant le spectacle : « Quel est le fou ? Le monde ou moi ?  » [4]. Des membres de notre comité se sont proposés pour les groupes de travail nationaux : le 150e anniversaire, la modernité de la Commune et le rôle du peuple.

A Bourges, sous le patronage de l’association Paroles Publiques, une conférence a été donnée sur Séverine, le 17 mars, pour les Amis du Cher de l’Humanité, par Yvette Gilbert, une nouvelle adhérente, et par Michel Pinglaut. Ce même vendredi 17 mars, à Argenton-sur-Creuse, dans l’Indre, le Cercle d’Histoire d’Argenton-sur-Creuse a organisé un entretien-causerie avec Jean Chatelut, membre du comité berrichon des Amies et Amis de la Commune de Paris 1871, et auteur de l’ouvrage La Commune de Paris 1871 avec les ouvriers maçons des confins Berry, Marche et Limousin. Puis notre comité a été représenté aux cérémonies parisiennes du 18 mars, ainsi qu’au banquet du 25 mars. De nouveau dans l’Indre, le 31 mars, à La Châtre, Jean Annequin, coprésident du comité berrichon des Amies et Amis de la Commune de Paris 1871, a donné une conférence sur « l’Histoire de la Vallée Noire et de l’Indre dans la Commune de Paris 1871  ». Cette conférence, organisée par la Bibliothèque de La Châtre, en partenariat avec Les Amis du Vieux La Châtre et la Librairie du Berry, s’est tenue à la Salle d’honneur de la Mairie. Le 8 avril, Michel Pinglaut a présenté les Contes kanak de Louise Michel, à l’initiative de M. Georges Buisson, président de l’EPCC Maison de la Culture de Bourges et animateur de l’Association Paroles Publiques.

En ce qui concerne nos actions futures prévisibles à ce jour, outre la continuité du projet de site Internet interactif autour de Napoléon Gaillard, inspiré du livre de Kristin Ross, Le Luxe Communal, citons, le 6 mai, la reprise de la conférence de Jean Annequin sur « l’Histoire de la Vallée Noire et de l’Indre dans la Commune de Paris 1871 », à Sainte-Sévère, conférence organisée par les Amis de la Tour.

Le 26 juin, nous tiendrons notre assemblée générale et nous organiserons un troisième Café communard. Nous avons prévu de rendre visite à nos Amis Creusois le 24 juin pour la pièce de théâtre Le rendez-vous du 18 mars 1871 donnée chez eux, à Anzême (près de Guéret). Les contacts ont été confirmés avec l’Éducation Nationale pour des animations scolaires, en utilisant notamment la récente publication des Contes et Légendes par Louise Michel [5] . Nous allons faire une proposition à la municipalité de Baugy, en accord avec les descendants de Gabriel Ranvier, pour la plantation d’un cerisier à la Sainte-Catherine (en toute laïcité), dans l’espace Gabriel Ranvier. Nous avons prévu enfin de participer, en coopération avec l’éditeur qui a publié les livres sur Édouard Vaillant (JPS Editions), aux salons du livre de Sagonne (22 octobre), Vierzon (mi-novembre), Orval (18 novembre) et Henrichemont (19 novembre).

MICHEL PINGLAUT, JEAN ANNEQUIN, JEAN-MARIE FAVIÈRE


[1Claude Pennetier et Jean-Louis Robert, Édouard Vaillant (1840-1915), de la Commune à l’Internationale, L’Harmattan, 2016, 210pages, 22€ (voir note de lecture du bulletin n° 69). Pour lire ce billetc d’humeur : http://www.commune1871.org/plugins/auto/sarkaspip/v3.4.6/images/lien_out.gif") right center no-repeat transparent;">https://vaillantitude.blogspot.fr/2017/03/avis-derecherche.html

[2http://www.commune1871.org/plugins/auto/sarkaspip/v3.4.6/images/lien_out.gif") right center no-repeat transparent;">https://vaillantitude.blogspot.fr/2017/01/letome-deux-france-bleu.html

[3André Zeller, Les hommes de la Commune (écrit lors de son séjour en prison) ; Librairie Académique Perrin, 1969, 470 pages

[4Quel est le fou ? Le monde ou moi, spectacle musical, hommage à Eugène Pottier et au Paris du XIXe siècle, 2016, Une Chanson pour mémoire, DVD produit par Jean-Marc Ducoudray, soutenu par la ville de Vierzon. Ce spectacle sera donné le 11 mai 2017 à Saint-Denis, à 18 h, au Musée d’Art et d’Histoire. Au programme : visite de l’exposition sur la Commune en chansons, puis spectacle sur Pottier

[5Contes et légendes par Louise Michel, institutrice et révolutionnaire, dessins de Cherb, d’après Firmin Bouisset, Editions du Petit Pavé, BP 17, Brissac-Quincé 49320 Saint-Jean-des-Mauvrets, http://www.commune1871.org/plugins/auto/sarkaspip/v3.4.6/images/lien_out.gif") right center no-repeat transparent;">www.petitpave.fr, 2017, 140 pages, 12 €.